15 juin 2008

Zweig : lettre d'une inconnue

Lettre d'une inconnueUne femme dont l'enfant est emporté par la fièvre décide d'écrire à l'homme qu'elle a toujours aimé pour lui révéler comment elle n'a cessé de n'être pour lui, écrivain célèbre, qu'une inconnue, malgré un amour ardent, passionnel et secret. Mon avis : j'ai été très touchée par la passion ardente et discrète contenue dans cette magnifique nouvelle, selon moi, la meilleure que Zweig ait écrite. N'hésitez pas à vous laisser attendrir à votre tour par cette belle histoire d'Amour, offerte par ce très grand écrivain... [Lire la suite]
Posté par Sourifleur à 17:32 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

15 juin 2008

Philippe Claudel : la petite fille de Monsieur Linh

J'ai beaucoup aimé La petite fille de Monsieur Linh Monsieur Linh est un vieil homme. Il a quitté son village dévasté par la guerre, n’emportant avec lui qu’une petite valise contenant quelques vêtements usagés, une photo jaunie, une poignée de terre de son pays. Dans ses bras, repose un nouveau-né. Les parents de l’enfant sont morts et Monsieur Linh a décidé de partir avec Sang diû, sa petite fille. Après un long voyage en bateau, ils débarquent dans une ville froide et grise, avec des centaines de réfugiés. Monsieur Linh... [Lire la suite]
Posté par Sourifleur à 17:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
15 juin 2008

Cunnigham : les heures

Je vous laisse ici un résumé et une critique de ce merveilleux roman que je viens de terminer Comme des ricochets sur une eau calme, ses trois vies résonnent ensemble, se font écho. Elles disent en motu proprio l’universelle condition féminine et ses victoires au fil du temps, comme celles d’une homosexualité peu à peu émancipée. Si Clarissa vit en couple de la façon la plus conventionnelle, voire avec conservatisme (mais n’est-ce pas aussi une façon de se cacher ?), Virginia et Laura volent des baisers féminins, à une... [Lire la suite]
Posté par Sourifleur à 17:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juin 2008

Taguée!!

Ca y est, les gars,  j’ai été taguée !       Sur l’invitation de notre gentil Fantasio, je vais donc (avec un léger retard) répondre à ce petit questionnaire       Où et quand lisez-vous?   Comme je déteste les temps d’attente (et j’avoue que la SNCB nous gâte particulièrement, ces temps-ci) j’ai toujours un livre dans mon sac. La littérature m’accompagne donc dans la salle d’attente du médecin, de mon dentiste, etc..   Bien entendu, je suis également une fervente lectrice... [Lire la suite]
Posté par Sourifleur à 12:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 juin 2008

Michel Tournier : Gaspard, Melchior et Balthazar

Ce livre nous narre le parcours initatique des trois rois mages, cités dans le Nouveau Testament...Ces trois hommes, issus de milieux et de cultures tout à fait différents vont renoncer à tout le confort qu'ils connaissent, prendre une route inconnue, et sortir peu à peu de l'enfermement dans lequel ils se trouvaient.Le chemin n'est pas simple, chacun devra y découvrir son sens propre, faire l'apprentissage de nouvelles valeurs telles la solidarité, la fraternité interculturelle et raciale...A ce moment-là, les trois puissants... [Lire la suite]
Posté par Sourifleur à 18:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 juin 2008

N.Huston : prodige

Quatrième de couverture :Regardez-la maintenant ma belle épouse, jeune femme d'ordinaire civilisée, habillée, coiffée, chaussée, protégée par une culture, une éducation, une histoire, l'Europe, l'Occident, ainsi de suite, le piano... la voilà nue et horizontale sous une blouse blanche flottante, et ce qui se passe à l'intérieur de son corps est projeté sur des écrans en dessins erratiques et en images clignotantes ; tous ses rythmes les plus intimes, sang, coeur, entrailles, se muent en signaux électroniques qui disent : danger.... [Lire la suite]
Posté par Sourifleur à 18:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

12 juin 2008

Nancy Huston

Nancy Huston est née en 1953 à Calgary en Alberta (Canada) A la fois d'expression anglaise et française, elle vit à Paris depuis les années 1970Quand Nancy Huston a six ans, sa mère part refaire sa vie ailleurs. Son père s'installe aux États-Unis (New Hampshire) quand elle a quinze ans. Elle explique l'intérêt littéraire du traumatisme d'une fillette abandonnée par sa mère : « Le lien que j'avais, petite, avec ma mère était un lien d'absence, exclusivement nourri d'imaginaire et d'évocations à travers ses lettres, ses mots. »Elle... [Lire la suite]
Posté par Sourifleur à 18:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juin 2008

De Luca : Tu, mio

Un été des années cinquante, sur une île au large de Naples, un tout jeune homme tombe amoureux d'une femme beaucoup plus âgée que lui. Un jour, il découvre qu'elle est juive et rescapée des camps. C'est son secret, elle n'en parle à personne. Dans un restaurant, au cours d'un dîner, des touristes allemands se mettent à entonner des chants nazis. La jeune femme ne le supporte pas, et c'est la bagarre dans le restaurant. En signe de vengeance, le jeune garçon met le feu à l'hôtel où logent les touristes. Mais un incendie peut-il «... [Lire la suite]
Posté par Sourifleur à 18:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
03 juin 2008

deux oeuvres de Sternberg

contes glacés Que se passe-t-il donc dans ces brefs Contes glacés, où les êtres humains côtoient des animaux qui leur ressemblent singulièrement par le cynisme et la cruauté, où les objets de la vie quotidienne deviennent instruments de mort, où les lieux banals se font passages vers d’autres mondes – autres mondes d’où viennent « les autres », envoyés sur terre par on ne sait quelle puissance supérieure – , où des incidents inattendus défient les « lois de la nature » ? Il se passe, par exemple, qu’une simple machine à sous de... [Lire la suite]
Posté par Sourifleur à 10:29 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
03 juin 2008

Jacques Sternberg

Elève médiocre, en français surtout, Jacques Sternberg commence à écrire à l'âge de quinze ou seize ans. Le fantastique, le saugrenu et le burlesque entrent assez tôt dans son répertoire, la science-fiction un peu plus tard. Emballeur dans une cartonnerie, il décide de se rendre à Paris et de se faire publier, mais ses tentatives restent infructueuses durant sept ans. Profondément marqué par la guerre, il est caractérisé par son nihilisme, son angoisse de la mort, sa dérision, son humour glacé. Son éditeur, Eric Losfeld, est mal... [Lire la suite]
Posté par Sourifleur à 10:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]