29 juillet 2008

Baricco : Novecento pianiste

Quatrième de couvertureNé lors d'une traversée, Novecento, à trente ans, n'a jamais mis le pied à terre. Naviguant sans répit sur l'Atlantique, il passe sa vie les mains posées sur les quatre-vingt-huit touches noires et blanches d'un piano, à composer une musique étrange et magnifique, qui n'appartient qu'à lui: la musique de l'Océan dont l'écho se répand dans tous les ports. Sous la forme d'un monologue poétique, Baricco allie l'enchantement de la fable aux métaphores vertigineuses. Mon avis : ce récit est fort bien... [Lire la suite]
Posté par Sourifleur à 11:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

29 juillet 2008

Giuseppe Pontiggia : deux oeuvres

Écrivain et critique italien. Après une thèse sur la «Technique narrative d'Italo Svevo» Giuseppe Pontiggia écrit trois romans autobiographiques: La Morte in barca (1959), L'Arte della fuga (1968), Le Joueur invisible (1978). Son chef-d'œuvre, Le Rayon d'ombre, paraît en 1988. En 1989, il reçoit le prix Strega pour La Grande Sera (La Comptabilité céleste) où il cultive le dépouillement du style, l'ironie et la sensibilité poétique. Dans deux essais, Le Sabbie immobili (1991) et L'Isola volante (1996), il se livre à une analyse aiguë... [Lire la suite]
Posté par Sourifleur à 08:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
19 juillet 2008

Deledda : le pays sous le vent

Résumé : Une jeune fille, qui n'avait jamais aimé, est présentée chez ses parents à Gabriele, fils de famille, charmeur et extravagant. Leur brève rencontre crée un lien secret qui hantera la jeune fille, longtemps après le départ de Gabriele vers un destin houleux. Des années après, elle se marie et lors de son voyage de noces, elle croise Gabriele malade, chargé de toutes ses anciennes tentations. Un extrait :"Bien qu'un point de lumière, que seule la mort pourrait éteindre, illuminât encore le fond de ma conscience, comme... [Lire la suite]
Posté par Sourifleur à 10:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
22 juin 2008

Bufalino : deux oeuvres intéressantes

voici ce que dit l'auteur de son livre : « Calendes grecques » se dit, comme chacun sait, de jours impossibles, qui jamais n’existeront. Il s’agit ici de jours qui n’ont jamais existé ou ont existé différemment, et que l’auteur invente au fur et à mesure, en développant la parabole d’une vie imaginaire. Imitant ces estampes populaires où sont représentés les divers âges de l’homme du berceau à la tombe, le long d’un escalier qui monte et qui descend. » voici un extrait du livre : « Puis, un matin, se sentant à l’étroit dans cet... [Lire la suite]
Posté par Sourifleur à 10:09 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
21 juin 2008

Baricco : océan-mer

Quatrième de couvertureAu bord de l'océan, à la pension Almayer, « posée sur la corniche ultime du monde », se croisent sept personnages au destin étrange et romanesque, sept naufragés de la vie qui tentent de recoller les morceaux de leur existence. Mais leur séjour est bouleversé par le souvenir d'un hallucinant naufrage d'un siècle passé et la sanglante dérive d'un radeau. Et toujours, la mer, capricieuse et fascinante... Avec une époustouflante maîtrise, Alessandro Baricco nous offre à la fois un roman à suspense, un livre... [Lire la suite]
Posté par Sourifleur à 09:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
12 juin 2008

De Luca : Tu, mio

Un été des années cinquante, sur une île au large de Naples, un tout jeune homme tombe amoureux d'une femme beaucoup plus âgée que lui. Un jour, il découvre qu'elle est juive et rescapée des camps. C'est son secret, elle n'en parle à personne. Dans un restaurant, au cours d'un dîner, des touristes allemands se mettent à entonner des chants nazis. La jeune femme ne le supporte pas, et c'est la bagarre dans le restaurant. En signe de vengeance, le jeune garçon met le feu à l'hôtel où logent les touristes. Mais un incendie peut-il «... [Lire la suite]
Posté par Sourifleur à 18:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]