La Ville dont le prince est un enfant (dont le titre est tiré d'un verset de l'Ecclésiaste : « Malheur à la ville dont le prince est un enfant ») a été l'une des premières œuvres de Montherlant, ébauchée dès 1912 sous le titre de Serge Sandrier, puis reprise et transformée pendant presque 40 ans avant d'être publiée avec précautions en 1951. Son aspect autobiographique, que, de son vivant, l'auteur déniait maladroitement, est aujourd'hui reconnu : le héros, Sevrais, c'est Montherlant. Il publiera en 1969, peu de temps avant sa mort, un roman, Les Garçons, dont la même pièce est le cœur (dans cette version, André Sevrais devient Alban de Bricoule)

villeprinceenfant

Trame dramatique
Dans un collège catholique, Serge Souplier, jeune garçon un peu rebelle, mais touchant de naturel, attire l'attention de l'abbé de Pradts et d'André Sevrais, un de ses camarades plus âgés. L'amour trouble et exigeant qu'éprouvent ces deux personnages va les faire entrer en conflit, après une tentative de coopération. Emporté par sa passion, l'abbé utilisera sa position d'autorité pour tenter de manipuler son rival adolescent, au prétexte de protéger le cadet, et finalement il sera entraîné par les événements qu'il aura provoqués.

villeprincenp6

Mon avis : un récit à la fois sauvage et tendre sur un thème combien délicat et pourtant plus répandu qu'on ne le croit parmi ces adolescents "enfermés" entre les quatre murs d'une institution : les amitiés particulières...j'ai adoré (et frémi sous l'intensité des passions qui nous sont ainsi révélées)!!